KIM
Ze hebben zich allemaal op afschuwelijke wijze aan mij vergrepen KIM

OUVREZ LES YEUX - Leo - MA MAISON

LEO-200-260px Leo - MA MAISON

Je travaillais pour une entreprise de transport aux Pays-Bas quand, un jour, ils m’ont dit de retourner dans mon pays. Il n’y avait plus de travail. Chez moi, je ne pouvais pas subvenir aux besoins de ma famille. Mes enfants ne pouvaient pas aller à l’école. Un jour, j’ai reçu un appel téléphonique d’un Asiatique dont je n’avais jamais entendu parler. Il connaissait une autre entreprise qui voulait m’embaucher. Alors, j’ai de nouveau réuni les papiers nécessaires. Mes documents devaient passer par une agence d’Europe de l’Est. Je devais attendre à la maison que mon permis arrive. Pendant des mois, je n’ai pas eu le droit de travailler ailleurs ; autrement, j’aurais eu des problèmes. Sans revenus, c’était très difficile.

Finalement, j’ai pu me rendre à l’agence pour récupérer mon permis, mais il n’y avait pas de travail. Et toujours pas de revenus. Puis, trois mois plus tard, ils m’ont dit que je pouvais travailler pour la même entreprise aux Pays-Bas, mais que je devais passer par eux. J’ai vécu dans mon camion pendant des mois. Je n’avais pas de logement, pas d’endroit où dormir. Mon camion était ma maison. Je n’avais pas non plus d’argent à envoyer à ma famille. Le peu que je gagnais, j’en avais besoin pour survivre. Chaque mois, ils trouvaient une nouvelle excuse pour retirer de l’argent de ma paie. Après six mois, j’étais à bout. J’ai appris par les médias que je n’étais pas le seul dans cette situation, que d’autres gars vivaient la même chose que moi. Ensemble, nous avons porté plainte. Aujourd’hui, nous espérons pouvoir gagner un salaire juste pour prendre soin de nos familles. — LEO

OUVREZ LES YEUX
SUR LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS

logoos-comensha-open-mind-130

#OuvrezLesYeux