RAHUL
Doodsbang was ik, want ik was inmiddels illegaal en ik had geen idee van mijn rechten RAHUL

OUVREZ LES YEUX - Rahul - SI AU MOINS JE POUVAIS DORMIR

RAHUL-200px Rahul - SI AU MOINS JE POUVAIS DORMIR

Ma famille m’a envoyé aux Pays-Bas pour étudier. Peu après le début de mes études, mon père a eu un accident qui l’a rendu invalide ; il ne pouvait donc plus payer mes études. Je devais aller chercher du travail pour subvenir à mes besoins. Ma famille misait tout sur moi. Finalement, j’ai été embauché dans la cuisine d’une petite entreprise. Au bout d’un mois, alors que mes journées de travail devenaient de plus en plus longues, je n’avais toujours pas touché le moindre salaire. À un moment, je me suis retrouvé à travailler entre 18 et 20 heures par jour, 7 jours sur 7, sans salaire. On me promettait toujours que mon salaire serait versé le mois suivant. J’étais désespéré. C’est à peine si je dormais ; parfois, j’arrivais à dormir un peu dans la cuisine ou sur une chaise quelque part dans l’entreprise.

J’étais coincé, sans le sou, j’avais peur de partir et je ne pouvais pas rentrer chez moi. Ça a duré trois ans, jusqu’à ce que la police fasse une descente et me sauve de cette situation. Le patron a été arrêté. J’étais terrorisé, car à l’époque j’étais en situation irrégulière et je ne connaissais pas mes droits. Heureusement, on s’est bien occupé de moi et je suis aujourd’hui en sécurité. Je ne peux pas vraiment rentrer chez moi, mais j’espère que l’avenir me sourira, que j’aurai une vie tranquille et un travail normal qui me permettra aussi d’aider mon père. — RAHUL

OUVREZ LES YEUX
SUR LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS

logoos-comensha-open-mind-130

#OuvrezLesYeux