JILL
Het belangrijkste is dat ik mijn vertrouwen weer terug krijg JILL

OUVREZ LES YEUX - Sam - LA HONTE

SAM-200px Sam - LA HONTE

À 18 ans, j’ai commencé à sortir avec un garçon que j’avais rencontré au travail. Je ne connaissais pas grand-chose à la vie et je ne savais pas trop ce qui était bien ou mal. Il voulait tout contrôler et il était possessif. Comme c’était ma première relation, je pensais que son attitude était normale et je ne me suis pas vraiment posé de questions au début. À la maison, il y avait des tensions, alors je préférais être dehors. Quand ça ne va pas trop et que quelqu’un semble vraiment s’intéresser à vous, c’est facile de tomber dans le panneau.

Après deux mois, il est devenu de plus en plus agressif. À chaque fois, il s’excusait, il se disait harcelé par des gens à qui il devait de l’argent. C’est comme cela qu’il expliquait son comportement. Et j’y ai cru. Il voulait emprunter de l’argent. Comme j’avais deux emplois à l’époque, il en a déduit que je gagnais pas mal d’argent et que je pouvais lui en prêter. Il en voulait toujours plus. Jusqu’à ce que tous mes revenus y passent. Mais ce n’était toujours pas assez. Il a alors suggéré une façon plus simple de faire de l’argent. À ce moment-là, je savais de quoi il retournait et je ne voulais pas, mais c’était déjà trop tard. Il m’a forcée à avoir des relations sexuelles avec ses amis qui le payaient en échange.

Je n’avais aucun moyen de m’en sortir, parce qu’il faisait en sorte que ses amis gardent toujours un œil sur moi. Je n’étais en sécurité nulle part. Ils m’emmenaient voir d’autres amis ou dans des hôtels et lui récupérait l’argent. Il n’avait jamais à faire quoi que ce soit, partout ses marionnettes étaient là pour lui. Et puis, je n’étais pas la seule fille dans cette situation. Tout cela a duré pendant presque deux ans.

Je ne pouvais plus rentrer chez moi. Les services sociaux m’ont alors proposé de m’installer dans un foyer mais comme il était au milieu de nulle part, j’aurais eu l’impression d’être punie ... Alors, je n’y suis pas allée. Après une tentative de suicide, j’ai fini par me ressaisir et, alors que tout le monde m’en décourageait, j’ai déménagé à l’autre bout du pays pour recommencer une nouvelle vie. J’ai trouvé la force d’ignorer ces hommes du passé et de ne pas retomber dans cette histoire. Aujourd’hui, je vais bien et j’ai réussi à reprendre contact avec mes parents.

À 18 ans, j’avais encore du mal à trouver ma voie et à savoir ce qui était normal. Lorsqu’en plus on a des problèmes à la maison, on devient une proie facile. On se fait avoir avant même de s’en rendre compte. La peur et la honte vous emprisonnent. Les parents devraient faire davantage attention à leurs enfants. — SAM

OUVREZ LES YEUX
SUR LA TRAITE DES ÊTRES HUMAINS

logoos-comensha-open-mind-130

#OuvrezLesYeux